Journée de réflexion – PNUD – MPCE – Sur l’ODD 16, autour du thème : Démocratie participative et Développement Durable

Une journée de réflexion sur les opportunités et les défis relatifs à la mise en œuvre du 16è Objectif de Développement Durable (ODD) 16, s’est tenue ce mardi à l’hôtel Montana, à l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme , autour du thème 

« Démocratie participative et développement durable en Haïti »Cette activité vise l’engagement d’une réflexion avec la participation d’experts, de cadres des institutions étatiques, de la société civile, du monde universitaire et des Nations Unies afin d’échanger sur les enjeux relatifs à la démocratie participative en Haïti.

Haïti s’est engagé à mettre en œuvre le Programme de Développement Durable à l’horizon 2030, un cadre mondial adopté en 2015 et qui repose sur 17 objectifs déclinés en 169 cibles dans les domaines de l’économie , du développement social et de la protection de l’environnement.

L’objectif 16 de ce programme vise spécifiquement la promotion de l’avènement de sociétés pacifiques et inclusives aux fins de développement durable, l’accès de tous à la justice et la mise en place à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous.

Dans son discours de circonstance, le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE), Me Jean Roudy ALY, a remercié le PNUD pour avoir organisé conjointement avec ledit Ministère, cette journée de réflexion sur l’objectif 16 qui revêt, a-t-il dit un intérêt majeur pour le gouvernement haïtien.

Selon le Ministre, la démocratie participative et le développement durable est un thème qui soutient l’implication effective de toutes les parties prenantes dans les démarches visant à garantir l’émancipation des individus et la légitimation des procédures de décisions publiques notamment le renforcement des institutions et l’amélioration de la gouvernance nationale.

Le 16è objectif de développement durable et les cibles associées rejoignent les choix du président de la République, Jovenel MOISE, et des membres du gouvernement dans leur volonté d’appliquer les principes de gestion publique, en vue de l’établissement d’un état de droit dans le pays avec la participation des populations à l’échelle nationale, a encore souligné Me ALY.

Pour sa part, le représentant permanent du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Fernando HIRALDO, s’est réjoui du partenariat existant entre Haïti et le PNUD et aussi de l’organisation de cet atelier de réflexion sur l’ODD 16.

Selon M. HIRALDO, la paix, la justice, la bonne gouvernance, constituent les facteurs essentiels du développement durable puisqu’ils permettent a-t-il dit, aux citoyens de jouir de leurs droits élémentaires.

Il appelle tous les acteurs à passer de la parole aux actes notamment au niveau des accompagnements techniques des institutions étatiques et des plaidoyers pour pouvoir atteindre les objectifs de 2030 et particulièrement l’ODD 16.

Trois ateliers sur la démocratie participative, paix, justice, cohésion sociale et institutions efficaces ont été constitués et animés par des intervenants de renom. Il s’agit de la présidente de la Cour d’Appel de Port-au-Prince, juge Norah Jean François, l’ancien Ministre de la justice, Me René Magloire, La constitutionnaliste, Mme Mirlande H. Manigat, l’économiste Kesner Pharel, le professeur Patrick PIERRE LOUIS, pour ne citer que ceux-là.

Selon les intervenants, le manque de paix auquel Haïti fait face est fortement lié aux conditions infrahumaines dans lesquelles évoluent les habitants des zones défavorisées du pays. Si l’on ne veut pas que la paix demeure une utopie, il faudra absolument adopter des dispositions drastiques en vue de l’amélioration des conditions de vie de la population, ont-ils estimé.

Il faut aussi une valorisation accrue de la justice en Haïti, car sans justice il ne peut y avoir de démocratie, ont encore fait savoir les panélistes.