Accueil > Nouvelles > Rencontre entre le ministre de la Planification et de la Coopération externe et le représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti.

Rencontre entre le ministre de la Planification et de la Coopération externe et le représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti.

25 Avril, 2017

Port-au-Prince, le 25 avril 2017.- Le ministre de la Planification et de la Coopération externe, Me Aviol Fleurant, a rencontré ce mardi 25 avril 2017, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations unies en Haïti, Monsieur El-Mostafa Benlamlih. Au cours de cette rencontre, ils ont discuté de la nécessité d’assurer un appui international cohérent et durable à Haïti. Dans cette optique, le coordonnateur humanitaire a rappelé  que le Groupe consultatif ad hoc sur Haïti du Conseil Économique et social de l’ONU (ECOSOC) sera en Haïti au début du mois de mai prochain.  

Au cours de cette visite, le groupe aura pour mission de faire le suivi du  mandat issu de la Résolution de l’ECOSOC du 21 juillet 2015, qui  consiste à suivre la situation d’Haïti de près et formuler des conseils en vue de favoriser le  relèvement, la  reconstruction et la  stabilité du pays sur les plans social et économique dans le respect des priorités de développement national à long terme du Plan stratégique de développement d’Haïti (PSDH). Le titulaire du MPCE a souligné la nécessité de l’alignement sur nos priorités  telles qu’inscrites dans les différentes feuilles de route reflétant la vision du président de la République, S.E.M Jovenel Moïse.  

Le ministre FLEURANT a également mis en exergue les grandes lignes du plan de relèvement de la Péninsule Sud qui consiste en la construction de logements et d’habitats, la construction de villages pêcheurs dans les régions côtières, la mise à disposition des agriculteurs de la Péninsule Sud des semences agricoles et de l’engrais, et le déclenchement d’une opération «coup-de-poing» pour relancer le reboisement. Ce plan a été conçu dans le but de venir en aide aux sinistrés de cette région suite aux désastres causés par l’ouragan Matthieu. Ce processus de redressement se fera en tenant compte des prescrits de la refondation institutionnelle (PSDH), reprend-il.  

Dans le cadre de cette refondation institutionnelle, il est inévitable de  passer par le renforcement et le soutien des municipalités. Le plan de relèvement de la Péninsule Sud s’inscrit dans cette optique puisque chaque commune doit disposer d’un plan de réduction de risques, sans quoi le plan de relèvement est irréalisable. Ce plan de réduction de risques permettra de distinguer, entre autres,  les zones habitables des zones agricoles.

D’autres facteurs clés du plan de relèvement ont alimenté cette discussion, notamment, l’aménagement du territoire, puisqu’Haïti est au cœur de la tourmente avec les changements climatiques, et le développement de l’économie bleue en exploitant les ressources de la mer. Le développement de l’économie bleue et de l’agriculture est le moyen qui permettra de pallier le problème d’insécurité alimentaire qui sévit dans le pays depuis plusieurs années. Le titulaire du MPCE dit compter sur l’appui des partenaires internationaux pour soutenir ce développement.

En tant que planificateur de développement, il est de mon devoir de veiller à ce qu’on sorte de l’urgence pour prendre le chemin du développement. Ainsi, Il faut mettre en œuvre une gestion des risques à long terme sinon Haïti sera toujours vulnérable. C’est dans cette optique que le plan de relèvement du président a été établi  En privilégiant le renforcement des autorités locales, la refondation institutionnelle demeure. La capacité des autorités locales à créer des richesses pour pouvoir se développer passe aussi par la décentralisation.  Il faut créer des cadres qui permettront aux gens de rester dans leur région. Le soutien et le renforcement au niveau local, l’appui à l’investissement, de PME et à la diaspora haïtienne, sont entre autres des aspects clés à considérer.  

Le coordonnateur humanitaire a réitéré son intérêt de disposer d’un plan clair et précis qui met en première ligne les idées clés qui montrent l’engagement et l’intérêt du gouvernement.. Nos partenaires sont prêts à supporter Haïti dans son plan de développement. Le gouvernement doit prendre des engagements clairs pour mener le plan de développement à bon port et doit aussi obtenir un engagement clair de la part de ses partenaires en matière de soutien. 

  

 

 

 

 

Partager