Accueil > PSDH

La planification du développement

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a créé en Haïti une situation sans précédent. Ses répercussions ont touché toutes les sphères et tous les secteurs de la société et se sont étendues bien au-delà des zones directement affectées. Une rupture s’imposait alors tant dans l’approche que dans les choix de développement. L’aide internationale s’est d’abord très rapidement mobilisée dans un élan spontané de solidarité et la communauté internationale a activement accompagné la population et le gouvernement haïtien. Par la suite, lors de la Conférence de New York du 31 mars 2010, les partenaires internationaux se sont engagés à appuyer rapidement la reconstruction d’Haïti et ont accepté le principe d’un accompagnement sur le long terme sur la base du Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti (PARDH) qui a été élaboré afin de présenter les grandes orientations nationales pour refonder Haïti sur de nouvelles bases tout en reconstruisant les zones dévastées.

Le PARDH a servi de guide aux autorités nationales et aux partenaires internationaux afin d’initier et de réaliser un ensemble de mesures d’urgence et de projets déclencheurs pour mettre Haïti sur la voie du changement désiré et en faire un pays émergent en 2030. En parallèle, les autorités nationales ont élaboré un Plan Stratégique de Développement d’Haïti (PSDH) afin de détailler les orientations du PARDH et d’inscrire toutes les politiques publiques dans un ensemble global cohérent jusqu’à une approche unique de programmation. Le PSDH présente le nouveau cadre de planification, de programmation et de gestion du développement d’Haïti, les grandes orientations stratégiques de développement à long terme du pays, les quatre Grands Chantiers à mettre en place pour le relèvement et le développement d’Haïti, les programmes et sous-programmes à mettre en œuvre dans ce cadre ; et les grandes lignes de sa stratégie de mise en œuvre. Ces choix visent à faire d’Haïti un pays émergent en 2030 et témoignent d’une volonté manifeste des autorités de rechercher un développement équilibré et durable de manière à garantir et à maximiser les impacts des interventions programmées.

Le Plan Stratégique de Développement d’Haïti guidera l’action publique et privée au cours des 20 prochaines années, incluant celle des partenaires internationaux. Les visées du PSDH sont donc à long terme et nécessiteront pour les atteindre au moins sept cadres et programmes triennaux de mise en œuvre. Les actions priorisées dans ces derniers le seront sur la base de leur contexte d’intervention spécifique et des priorités gouvernementales relatives à chaque période. Les autorités nationales ont récemment publié un premier Programme Triennal d’investissement 2014-2016 (PTI 2104-2016), incluant son cadre d’orientation. Il vise une croissance accélérée et équilibrée de l’économie et une réduction de la pauvreté, inclut les mesures d’urgence mises en œuvre à la suite de l’ouragan Sandy et considère les priorités gouvernementales sur la période. Il dessine la feuille de route que se donne le gouvernement pour se placer sur le chemin de sa cible et détaille les projets qui seront mis en œuvre. Il est également le véhicule par lequel le gouvernement structure la mise en œuvre de ses actions, qui sont assorties d’indicateurs de résultats clairement formulés.

Le Programme Triennal d’investissement 2014-2016 guidera donc l’action publique au cours des trois prochaines années, notamment l’élaboration des Lois de Finances 2013-2014, 2014-2015 et 2015-2016, incluant les programmes annuels d’investissement public correspondant. Il orientera également la coopération externe dans la mesure où sa mise en œuvre se fera en conformité avec les principes de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement. Cette dernière prévoit notamment :

  • que les pays bénéficiaires exercent une réelle maîtrise sur leurs politiques et stratégies de développement ;
  • que les pays bénéficiaires assurent la coordination de l’action à l’appui du développement ; et
  • que les donneurs font reposer l’ensemble de leur soutien sur les stratégies nationales de développement.

Enfin, des outils de planification, de programmation et de gestion du développement sont déjà disponibles et des mécanismes de coordination, de suivi et d’évaluation sont déjà en place afin notamment d’assurer le suivi de la mise en œuvre des investissements publics.